CPES - Classes Préparatoires privées aux Etudes de Santé

Testez vos connaissances avec notre QCM gratuit en ligne...

Actualités et Témoignages

Témoignage de CAMILLE CHENU (Classe préparatoire aux concours d'infirmier)

Parlez nous de votre projet !

Je m'appelle Camille CHENU et je suis diplômée d'un BAC S. Cette année, j'ai préparé les concours d'infirmiers à Espace Forma (CPES Lyon) à Lyon en effet j'avais passé un concours l'année du bac et j'ai échoué. J'avais donc besoin d'entraînement.

Dans combien de villes avez-vous passé le concours ?

Je passe cette année trois concours dans différentes villes :
-Le concours commun de Lyon, à l'IFSI Clémenceau
-Le concours du CHU de Grenoble
-Le concours de l'IFSI la Fleyriat à Bourg en Bresse
 
Quelle est votre état d’esprit durant les cours ?

Durant les cours, je suis restée assez focalisée sur mon objectif : obtenir au moins un concours pour intégrer un IFSI. Les professeurs nous entraînent bien à la réalité des concours. En tant qu'étudiante, j'avais l'impression de faire chaque semaine la même chose mais dans différentes thématiques ce qui peut parfois déstabiliser. Mais j'ai vite constaté des progrès dans mes notes, j'en ai donc conclu que c'était ce qu'il fallait faire.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?

J'ai eu du mal à intégrer la méthodologie de l'écrit et les astuces en tests psychotechniques, mais finalement en persévérant on y arrive toujours.

Quelles sont vos ressentis par rapport aux concours ?

À cette période j'ai donc passé tous mes écrits. Je suis alors dans l'attente, celle-ci restant positive car je pense avoir assez bien réussi. Je suis confiante.

Qu’avez-vous particulièrement apprécié dans notre centre ?

À Espace Forma (CPES Lyon), j'ai particulièrement apprécié être face à des professeurs et une administration très présents. C'est-à-dire que lorsque l'on a besoin d'un renseignement, d'une aide, d'exercices supplémentaires ou autres, l'équipe a toujours répondu positivement.

Témoignage de LENA MICHELI (Classe préparatoire aux concours de psychomotricien)

Parlez-nous de vous !

Je m’appelle Lena Micheli, j’ai eu un BAC L avec la  mention Bien en juillet 2016.

Dans combien de villes avez-vous passé le concours ? 

J’ai préparé 4 concours : La Pitié-Salpêtrière de Paris ; L’ISRP de Paris et de Marseille (les 2 concours sont groupés en un seul) ; l’IFP de Lille et l’ISTR de Lyon.

Quelle est votre état d’esprit durant les cours ?

Pendant les cours, le plus important est de rester concentré mais dans tous les cas nous n’avons pas vraiment le temps de se laisser distraire par autre chose puisque le rythme de travail est plutôt soutenu. Il est également important de ne pas avoir peur de poser des questions : sortant personnellement de Terminale L et ne maîtrisant donc pas du tout le programme de Terminale S en Biologie, je demandais des précisions et des explications supplémentaires dès que j’avais un doute sur une notion. C’est essentiel pour bien maîtriser le programme et pouvoir le restituer au concours.

Lorsqu’on prépare des concours, on travaille pour soi et avec un objectif précis, c’est donc une année qui demande beaucoup d’investissement et de rigueur en cours mais on tire de cette expérience de nombreux points positifs : on réalise que nos capacités de travail sont plus grandes qu’on ne le pensait, on gagne beaucoup en maturité, et ce sont ces nouvelles qualités qu’on utilise pendant les cours. 

Même si préparer des concours rime en général avec année prenante,  cela n’empêche pas de garder une bonne ambiance de classe et de garder des activités en dehors pour se vider un peu la tête. Je sais que mon année de prépa s’est bien passée en grande partie grâce à l’ouverture d’esprit et à la bonne humeur de nos professeures, à l’absence de tension et de compétition dans la classe, et au fait que j’ai pu continuer à aller à la danse, voir mes amis… Tout est une question d’organisation ! 

Quelles sont vos ressentis par rapport aux concours ?

On voit tous un peu les concours comme étant insurmontables. Oui, c’est stressant, oui, ça reste un concours et c’est difficile, mais nous sommes préparés à tous les concours pendant 8 mois et il n’y a aucune raison que le travail et l’investissement fournis tout au long de l’année ne paye pas le Jour J. Il est important d’aller aux concours sereinement et que le stress, s’il est présent, soit moteur. 

Sur les 4 concours que j’ai passés, j’étais plutôt stressée avant,  mais à partir du moment où l’on est assis à sa table, on se concentre, on souffle un bon coup et on fait ce à quoi on nous a préparé toute l’année.

Qu’avez-vous particulièrement apprécié dans notre centre ?

Le centre de Besançon est dirigé par une professeure de Biologie très pédagogue, toujours disponible pour des précisions même sur son temps libre, très impliquée et surtout, très drôle. La professeure de français est également incroyablement cultivée, passionnée et passionnante, elle nous pousse constamment vers le haut. Les secrétaires sont toujours disponibles, joyeuses et très à l’écoute. C’est la convivialité qui ressort principalement dans cette école.

L’école n’entretient pas la « mentalité concours »  de compétition qu’on peut parfois retrouver. Cela permet de pouvoir se concentrer sur son travail, de s’entraider, et surtout de se faire de vrais amis.

L’école ouvre tôt et ferme tard ce qui permet de pouvoir travailler sur place ; et la diversité des élèves et des professeurs (formations antérieures, âges…) permet une ouverture d’esprit essentielle à l’exercice de nos futurs métiers du paramédical.

12 articles (3 pages) dans : Toutes catégories confondues